Neilyoung Forumeast

Forum Neil YOUNG francophone
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
JUILLET 2017
10 ANS du FORUM

Partagez | 
 

 elliot murphy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: elliot murphy   Dim 17 Mai - 8:45

hier soir pour la modique somme de 12euros, j'ai ete voir pres de trois heures de rock & roll :elliot murphy band with olivier durand( guitare electro acoustic) .c'est la cinquieme fois que je vois elliot en concert ,le premier en 80 ,nous etions 50 dans une salle ou l'on peut mettre plus de 7000 personnes, il a commence son concert puis a demander d'allumer la lumiere dans la salle ,de nous rapprocher de la scene et nous a demander de choisir des titres de ces chansons,depuis je le suis de pres et en bretagne il revient souvent petite ou grande formation selon les salles de deux a six personnes sur scene ;sa discographie est consequente et mon album de chevet reste" nights lights" sorti en74 ,voila ce jeune homme a 60ans cette annee; allez le voir ou ecouter sa musique ,que certain d'entre vous doivent connaitre.voila a bientot elliot cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
No fun
Tabarnak!
Tabarnak!
avatar

Nombre de messages : 2026
Age : 31
Localisation : Prague
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Dim 17 Mai - 12:15

chrissurfer,je te serai éternellement reconnaissant d'avoir ouvert un topic sur ce formidable artiste Very Happy
Un authentique qui ne triche pas.
Il donne toujours le meilleur de lui-même et déçoit très très rarement autant sur album que sur scène .. avec une préfèrence pour cette dernière car la rencontre est .. saisissante !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: elliot murphy   Dim 17 Mai - 16:54

C'est une véritable honte que ce grand artiste soit autant méconnu en France.

L'ai vu aussi en concert dans une petite salle de l'agglo de Grenoble : quoi, à peine 100 personnes... Et il s'est donné à fond.
Revenir en haut Aller en bas
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Lun 18 Mai - 18:05

pour l'aider dans sa quete du R&R ;il faut aller le voir des qu'il passe pres de chez vous et acheter ces albums qu'il vend apres le concert et qu'il dedicace avec gentillesse ;un petit mot sur olivier durand continue olive c'est le chemin cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
No fun
Tabarnak!
Tabarnak!
avatar

Nombre de messages : 2026
Age : 31
Localisation : Prague
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Lun 8 Juin - 16:58

"Rockin' In The Free World" (live)
Elliott Murphy, Gary Louris & Neal Casal
Performed on the radio before the "Crossroads Night" show at the Olympia in Paris :

http://www.elliottmurphy.com/music/RockinInTheFreeWorld.mp3

Pour ceux qui le connaissent pas et veulent écouter,il y a sa page off ici :

http://www.elliottmurphy.com/mp3.html
Revenir en haut Aller en bas
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Lun 22 Juin - 22:13

merci pour le lien je l'avais plus ; le non officiel etant :www.lostgeneration.free
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
Crazy Bear
Rusty Papa Ours
Rusty Papa Ours
avatar

Nombre de messages : 10329
Age : 36
Localisation : au pied du lit
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 8:31

il y a qq années (2001 je crois), un ami m'avait fait une copie d'un live d' Eliott Murphy avec Olivier Durand mais je ne me rappelle plus du titre de l'album !
Un album époustouflant d'ailleurs
mais après avoir vécu dans le sahel jusqu'en 2007, le sable est arrivé à bout du Cd qui craquait bien plus que mon vieux vinyl Times Fade Away !!! LOL
Il faut que je retrouve cette galette, une idée sur son titre ??
Revenir en haut Aller en bas
nyzwok
Topanga Computer ©
Topanga Computer ©
avatar

Nombre de messages : 16950
Age : 46
Localisation : dans mon pot de rillettes.
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 9:45

Crazy Bear a écrit:
il y a qq années (2001 je crois), un ami m'avait fait une copie d'un live d' Eliott Murphy avec Olivier Durand mais je ne me rappelle plus du titre de l'album !
Un album époustouflant d'ailleurs
mais après avoir vécu dans le sahel jusqu'en 2007, le sable est arrivé à bout du Cd qui craquait bien plus que mon vieux vinyl Times Fade Away !!! LOL
Il faut que je retrouve cette galette, une idée sur son titre ??

http://www.elliottmurphy.com/discography.html
http://graphikdesigns.free.fr/elliott-murphy-cd-live.html

tu devrais avoir une idée avec ces liens

_________________
We love to talk on things we don't know about.
Revenir en haut Aller en bas
No fun
Tabarnak!
Tabarnak!
avatar

Nombre de messages : 2026
Age : 31
Localisation : Prague
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 15:32

Crazy Bear a écrit:
il y a qq années (2001 je crois), un ami m'avait fait une copie d'un live d' Eliott Murphy avec Olivier Durand mais je ne me rappelle plus du titre de l'album !
Un album époustouflant d'ailleurs
mais après avoir vécu dans le sahel jusqu'en 2007, le sable est arrivé à bout du Cd qui craquait bien plus que mon vieux vinyl Times Fade Away !!! LOL
Il faut que je retrouve cette galette, une idée sur son titre ??

Ce ne serait pas "April" ?
Je ne connais pas cet album mais après quelques recherches ..
Revenir en haut Aller en bas
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 18:39

c'est un live tongue
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
kotsa
Crazy Horse
Crazy Horse
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 33
Localisation : 92
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 18:58

Mr. Murphy est un des meilleurs artistes jamais vu en live pour moi. Il veut jamais s'arrêter, il est infatigable! Les duels de grattes avec Olivier Durand sont mémorables. J'ai du le voir 4 ou 5 fois (depuis l'age de 7-8 ans ), j'ai jamais été déçu!
Revenir en haut Aller en bas
Crazy Bear
Rusty Papa Ours
Rusty Papa Ours
avatar

Nombre de messages : 10329
Age : 36
Localisation : au pied du lit
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 19:14

chrissurfer a écrit:
c'est un live tongue

ouai c'était un live.
Il me semble qu'il y avait la reprise "Wild Horses" ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 21:14

Crazy Bear a écrit:
chrissurfer a écrit:
c'est un live tongue

ouai c'était un live.
Il me semble qu'il y avait la reprise "Wild Horses" ....

No Fun a raison, c'est "April" que tu cherches.
Revenir en haut Aller en bas
Crazy Bear
Rusty Papa Ours
Rusty Papa Ours
avatar

Nombre de messages : 10329
Age : 36
Localisation : au pied du lit
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 21:24

Jacques-Eric a écrit:
Crazy Bear a écrit:
chrissurfer a écrit:
c'est un live tongue

ouai c'était un live.
Il me semble qu'il y avait la reprise "Wild Horses" ....

No Fun a raison, c'est "April" que tu cherches.

merci messieurs cheers
Revenir en haut Aller en bas
Mr. Soul
Modofétichiste
Modofétichiste
avatar

Nombre de messages : 10396
Age : 53
Localisation : Alsace, berceau mondial de la culture et de la bière
Date d'inscription : 04/07/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 23:04

J'avoue à ma grande honte que je ne connaissais pas Elliott Murphy Embarassed

Je viens d'écouter quelques uns de ses morceaux et ça me donne franchement envie de découvrir cet artiste Cool

_________________
"What is the color when black is burned ?"
Revenir en haut Aller en bas
hurricane
Cowgirl In The Sand
Cowgirl In The Sand
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 44
Localisation : 01
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mar 23 Juin - 23:25

Le nom me dit vaguement quelque chose mais je ne crois pas connaître son oeuvre. Après ce que vous en dites je m'en vais de ce pas écouter quelques extraits pour me faire une opinion qui, je l'espère, rejoindra celle de Mr Soul.
Revenir en haut Aller en bas
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Mer 24 Juin - 22:24

l'album s'appelle bien "april" sorti en1999, ce jeune homme de 62 ans a une discographie de trentes albums . vous avez le choix de la decouverte pour moi ce fut "night lights en 1976 et la chanson :youre never know what your'e in for .
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: elliot murphy   Jeu 25 Juin - 10:38

chrissurfer a écrit:
pour moi ce fut "night lights en 1976 et la chanson :youre never know what your'e in for .

Pareil: D'ailleurs, je le raconte dans la chronique parue dans le numéro spécial de Crossroads consacré à "50 albums mythiques" :

ELLIOTT MURPHY
Night Lights
RCA APL1-1318 (1976)

Cliquez sur l'image pour entendre quelques mesures de chaque titre


Je me souviens du jour où Jean-Gabriel S. m’a apporté Night Lights au lycée comme une rareté pour initiés. À l’époque, les stars avaient pour noms Lou Reed, Led Zeppelin, les Stones et Bob Dylan. Bruce n’avait pas encore débarqué et Patti Smith, presque nue dans Rock & Folk, me faisait un effet terrible.

Je me souviens de ce trajet en bus, emportant la précieuse pochette qui s’ouvrait sur les paroles à dévorer dictionnaire en main. Découverte plus tard, la pochette française, simple et glacée, était bien banale. Dans la version made in France, les enseignes de Times Square (« Every Inch a Lady » !) n’avaient plus aucun cachet dans le tout petit matin new-yorkais. Mes premières virées parisiennes avaient pour destination Music Action, Carrefour de l’Odéon. Le patron écoutait à fond MC5 ou les Stooges. Par terre dans un recoin, quelques pirates. Dans les bacs, les 33 tours importés, introuvables ailleurs, Tim Buckley, Tom Waits, Elliott Murphy... Et l’odeur de ces pochettes en carton épais aux coins coupés. J’appris plus tard la raison de cette mutilation.

Je me souviens du journaliste de R&F écrivant qu’Elliott Murphy pouvait démonter un carburateur en aube de communiant et le remonter en ayant composé «Isadora’s Dancers» sans la moindre trace de cambouis.

Je me souviens de la première fois où j’ai posé Night Lights sur la stéréo que je partageais avec mon frère et où j’ai entendu «Diamonds by the Yard », la basse d’Ernie Brooks, ronde comme un sein, bientôt rejointe par le piano, l’orgue Hammond de Jerry Harrison et la voix d’Elliott, douce, chaude, rassurante dans la nuit banlieusarde. Trois accords, inlassablement répétés jusqu’à l’assaut final où se mêlent un «old black man playing blues guitar», un piano, un synthé ARP et cette voix qui chante avec les anges. Phrase cultissime, d’entrée: «You saved my life with the stories you tell».

Je me souviens de «Deco Dance», drôle de titre dans un album rock! Surprise d’entendre cette voix de crooner accompagnée dans le même morceau par 1) le piano de Billy Joel (peu connu par chez nous), 2) une section de cuivres, dont Michael Brecker, 3) le violon d’Harry Lookofsky, oublié des crédits en 1990, 4) Geraldine, chuchoteuse-en-chef (lead whisper en VO) également gommée des crédits CD, 5) les claquettes de Cheryl Clark et 6) les harmonies velvetiennes de Doug Yule. Doug reviendra sur la Face B, Adeline succèdera à Geraldine et il faudra attendre Beauregard et «Made in Freud» en 1998 pour entendre un violon sur un disque de Murphy. La phrase-culte «I can tell you baby that the past is the only thing that lasts» répond au «Now that the past is gone» de Dylan («Wedding Song»).

Je me souviens de ces «Rich Girls» qui fument des Kools et flirtent avec hésitation sur un rythme de valse et du vocabulaire précieux qui ponctuait les chansons du New-Yorkais. Pas sûr que mon prof d’anglais sache ce qu’est un «Southampton Gazebo»… Phrase-culte: «Is my left swing disturbing your senses».

Je ne me souviens pas avoir jamais aimé «Abraham Lincoln Continental», avec son intro un rien pompeuse et ses paroles débitées à 100 à l’heure. La seule chanson de ce disque que je n’ai jamais essayé de jouer à la guitare. Plus tard, pour les filles, je puiserai en Face B. Phrase-culte: «Please take me home to a place where there's always neon burning».

Je me souviens avoir retourné le LP et pleuré en découvrant «Isadora’s Dancers», sa guitare ample, son piano discret au deuxième couplet et cette phrase qui me faisait tellement mal: «Because for me there's never been no others/At making friends I'm awfully slow». Les petites filles de la West Orchard School de M. Harte ne pouvaient rien pour ma solitude. Pour échapper à la pluie san-franciscaine, Elliott se réfugie dans un sex-shop. Jusqu’au match du dimanche, j’avais les bras d’Isadora, ses petites danseuses et cette question à jamais sans réponse: «Is life too fast or is it just too slow?». Deuxième phrase-cultissime.

Je ne me souviens pas de Night Lights ou de The Wild, the Innocent & the E-Street Shuffle du futur Boss lequel fût ma première acquisition. Mais je sais que sur ces deux albums, c’est la Face B que je préférais. La faute en grande partie à «You never know what you're in for», son flat picking sur la grosse Gibson vue quatre ans plus tard à l’Eldorado, son intro à l’harmonica à jamais vissée au plus profond de mon ADN, ses rimes qui me servaient de professeur particulier («Find a way/make it pay/you can say/A rehearsed passion play/Any day, any day»), son orgue et son accordéon. Il faudra attendre vingt ans pour qu’un accordéon accompagne enfin Elliott sur ce morceau. C’était le 10 décembre 1996 au New Morning. Phrase-culte: «It's just rough to stay tough full of lust and be a walking hi-fi». N’est-ce pas, Mr Murphy?

Je me souviens m’être interrogé sur cette mystérieuse «Lady Stiletto». Elle devait être sacrément connue, vu les noms qui lui étaient accolés : «Her eyes burn with Rimbaud's rage» ou «Her mind's been raped by the Rolling Stones», des os de Jim Morrison à «McBeth on lead guitar», de Bonaparte et de Jack l’Éventreur. Pourtant, la sentence tombe à la fin du refrain : «There's only one thing that you do I don't believe/That's when you smile» Drôle de compliment pour ma Patti de R&F. Je n’ai entendu ce morceau qu’une fois, en 1991 à l’Élysée Montmartre avec l’indispensable Ernie Brooks lors du centenaire de la mort de Rimbaud. Phrase-culte: «Just a ballad of a thin girl/I really think she's gonna go far».

Je me souviens de la basse de Doug Yule sur l’intro de «Looking for a Hero», plus souple qu’Ernie sur «Diamonds by the Yards». Ah bon, lui aussi cherche un héros ? Mais il ne va pas nous piquer notre boulot ! Mon panthéon se composait alors de Neil Young, Daltrey et Beckenbauer. Mon frère écoutant encore Dylan et les Stones, je devais me rabattre sur les «seconds couteaux». À moi d’en faire des fines lames. Garde tes Jagger-Richard, à moi Bruce et Elliott. Avec «Looking for a Hero», jamais Murphy n’a été aussi proche du Velvet Underground. En plus de la basse, Doug Yule déroule les harmonies en compagnie de Steve Katz, ex-Blood, Sweat & Tears et producteur de Lou Reed (Rock ‘n Roll Animal et Sally Can’t Dance en 1974). Phrase-culte: «Through ancient billboards we've been told/They had one God/His name was Rock'n Roll/Pa-pa-paaaa/Pa-pa-paaaa/I’m looking for a hero's soul somewhere in Rock'n Roll».

Je me souviens que la face B se terminait trop vite, à la fois trop tôt et sur un rythme trop rapide avec cette pedal steel guillerette sur «Never as Old as You». En général, les disques démarrent plein pot et se terminent en douceur. Pas chez Elliott qui, en 75, achevait Lost Generation en boulet de canon avec «Looking Back». Ici, on prend une leçon de vocabulaire et de prononciation. Répétez après moi: «And the neighbours sure were very shocked/About your drawbridge and your moat». Vite, le dico! Phrase culte: «There's one thing that I'm sure of/I'll never be as old as you».

Je me souviens, enfin, que Night Lights a longtemps été introuvable en CD avant d’être réédité en 2003 sur un double CD, associé à Lost Generation. La dizaine de bonus proposée n’a pas suffit à me faire oublier la laideur de la pochette, candidat au musée des horreurs avec Self-Portrait (Dylan) et Indelibly Stamped (Supertramp). Quoique que Self-Portrait en pochette cartonnée et à coins coupés, ça a de la gueule!

www.elliottmurphy.com et http://lost.generation.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
chrisurfer
Monsieur Météo
Monsieur Météo
avatar

Nombre de messages : 1945
Age : 60
Localisation : plerin 22 bretagne
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Jeu 25 Juin - 14:09

merci J .E pour cette chronique
Revenir en haut Aller en bas
http://leon.christophe@orange.fr
hurricane
Cowgirl In The Sand
Cowgirl In The Sand
avatar

Nombre de messages : 447
Age : 44
Localisation : 01
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Re: elliot murphy   Ven 26 Juin - 23:44

Merci Jacques-Eric
j'ai écouté les extraits de l'album et j'ai bien "accroché".
Revenir en haut Aller en bas
Crazy Bear
Rusty Papa Ours
Rusty Papa Ours
avatar

Nombre de messages : 10329
Age : 36
Localisation : au pied du lit
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: elliot murphy   Dim 28 Juin - 9:51

effectivement c bien de l'album April qu'il s'agissait: j'ai écouté qq extraits et ça m'a donné envie de (re)découvrir cet artiste
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: elliot murphy   Dim 28 Juin - 18:20

Jacques-Eric a écrit:
chrissurfer a écrit:
pour moi ce fut "night lights en 1976 et la chanson :youre never know what your'e in for .

Pareil: D'ailleurs, je le raconte dans la chronique parue dans le numéro spécial de Crossroads consacré à "50 albums mythiques" :

ELLIOTT MURPHY
Night Lights
RCA APL1-1318 (1976)

Cliquez sur l'image pour entendre quelques mesures de chaque titre


Je me souviens du jour où Jean-Gabriel S. m’a apporté Night Lights au lycée comme une rareté pour initiés. À l’époque, les stars avaient pour noms Lou Reed, Led Zeppelin, les Stones et Bob Dylan. Bruce n’avait pas encore débarqué et Patti Smith, presque nue dans Rock & Folk, me faisait un effet terrible.

Je me souviens de ce trajet en bus, emportant la précieuse pochette qui s’ouvrait sur les paroles à dévorer dictionnaire en main. Découverte plus tard, la pochette française, simple et glacée, était bien banale. Dans la version made in France, les enseignes de Times Square (« Every Inch a Lady » !) n’avaient plus aucun cachet dans le tout petit matin new-yorkais. Mes premières virées parisiennes avaient pour destination Music Action, Carrefour de l’Odéon. Le patron écoutait à fond MC5 ou les Stooges. Par terre dans un recoin, quelques pirates. Dans les bacs, les 33 tours importés, introuvables ailleurs, Tim Buckley, Tom Waits, Elliott Murphy... Et l’odeur de ces pochettes en carton épais aux coins coupés. J’appris plus tard la raison de cette mutilation.

Je me souviens du journaliste de R&F écrivant qu’Elliott Murphy pouvait démonter un carburateur en aube de communiant et le remonter en ayant composé «Isadora’s Dancers» sans la moindre trace de cambouis.

Je me souviens de la première fois où j’ai posé Night Lights sur la stéréo que je partageais avec mon frère et où j’ai entendu «Diamonds by the Yard », la basse d’Ernie Brooks, ronde comme un sein, bientôt rejointe par le piano, l’orgue Hammond de Jerry Harrison et la voix d’Elliott, douce, chaude, rassurante dans la nuit banlieusarde. Trois accords, inlassablement répétés jusqu’à l’assaut final où se mêlent un «old black man playing blues guitar», un piano, un synthé ARP et cette voix qui chante avec les anges. Phrase cultissime, d’entrée: «You saved my life with the stories you tell».

Je me souviens de «Deco Dance», drôle de titre dans un album rock! Surprise d’entendre cette voix de crooner accompagnée dans le même morceau par 1) le piano de Billy Joel (peu connu par chez nous), 2) une section de cuivres, dont Michael Brecker, 3) le violon d’Harry Lookofsky, oublié des crédits en 1990, 4) Geraldine, chuchoteuse-en-chef (lead whisper en VO) également gommée des crédits CD, 5) les claquettes de Cheryl Clark et 6) les harmonies velvetiennes de Doug Yule. Doug reviendra sur la Face B, Adeline succèdera à Geraldine et il faudra attendre Beauregard et «Made in Freud» en 1998 pour entendre un violon sur un disque de Murphy. La phrase-culte «I can tell you baby that the past is the only thing that lasts» répond au «Now that the past is gone» de Dylan («Wedding Song»).

Je me souviens de ces «Rich Girls» qui fument des Kools et flirtent avec hésitation sur un rythme de valse et du vocabulaire précieux qui ponctuait les chansons du New-Yorkais. Pas sûr que mon prof d’anglais sache ce qu’est un «Southampton Gazebo»… Phrase-culte: «Is my left swing disturbing your senses».

Je ne me souviens pas avoir jamais aimé «Abraham Lincoln Continental», avec son intro un rien pompeuse et ses paroles débitées à 100 à l’heure. La seule chanson de ce disque que je n’ai jamais essayé de jouer à la guitare. Plus tard, pour les filles, je puiserai en Face B. Phrase-culte: «Please take me home to a place where there's always neon burning».

Je me souviens avoir retourné le LP et pleuré en découvrant «Isadora’s Dancers», sa guitare ample, son piano discret au deuxième couplet et cette phrase qui me faisait tellement mal: «Because for me there's never been no others/At making friends I'm awfully slow». Les petites filles de la West Orchard School de M. Harte ne pouvaient rien pour ma solitude. Pour échapper à la pluie san-franciscaine, Elliott se réfugie dans un sex-shop. Jusqu’au match du dimanche, j’avais les bras d’Isadora, ses petites danseuses et cette question à jamais sans réponse: «Is life too fast or is it just too slow?». Deuxième phrase-cultissime.

Je ne me souviens pas de Night Lights ou de The Wild, the Innocent & the E-Street Shuffle du futur Boss lequel fût ma première acquisition. Mais je sais que sur ces deux albums, c’est la Face B que je préférais. La faute en grande partie à «You never know what you're in for», son flat picking sur la grosse Gibson vue quatre ans plus tard à l’Eldorado, son intro à l’harmonica à jamais vissée au plus profond de mon ADN, ses rimes qui me servaient de professeur particulier («Find a way/make it pay/you can say/A rehearsed passion play/Any day, any day»), son orgue et son accordéon. Il faudra attendre vingt ans pour qu’un accordéon accompagne enfin Elliott sur ce morceau. C’était le 10 décembre 1996 au New Morning. Phrase-culte: «It's just rough to stay tough full of lust and be a walking hi-fi». N’est-ce pas, Mr Murphy?

Je me souviens m’être interrogé sur cette mystérieuse «Lady Stiletto». Elle devait être sacrément connue, vu les noms qui lui étaient accolés : «Her eyes burn with Rimbaud's rage» ou «Her mind's been raped by the Rolling Stones», des os de Jim Morrison à «McBeth on lead guitar», de Bonaparte et de Jack l’Éventreur. Pourtant, la sentence tombe à la fin du refrain : «There's only one thing that you do I don't believe/That's when you smile» Drôle de compliment pour ma Patti de R&F. Je n’ai entendu ce morceau qu’une fois, en 1991 à l’Élysée Montmartre avec l’indispensable Ernie Brooks lors du centenaire de la mort de Rimbaud. Phrase-culte: «Just a ballad of a thin girl/I really think she's gonna go far».

Je me souviens de la basse de Doug Yule sur l’intro de «Looking for a Hero», plus souple qu’Ernie sur «Diamonds by the Yards». Ah bon, lui aussi cherche un héros ? Mais il ne va pas nous piquer notre boulot ! Mon panthéon se composait alors de Neil Young, Daltrey et Beckenbauer. Mon frère écoutant encore Dylan et les Stones, je devais me rabattre sur les «seconds couteaux». À moi d’en faire des fines lames. Garde tes Jagger-Richard, à moi Bruce et Elliott. Avec «Looking for a Hero», jamais Murphy n’a été aussi proche du Velvet Underground. En plus de la basse, Doug Yule déroule les harmonies en compagnie de Steve Katz, ex-Blood, Sweat & Tears et producteur de Lou Reed (Rock ‘n Roll Animal et Sally Can’t Dance en 1974). Phrase-culte: «Through ancient billboards we've been told/They had one God/His name was Rock'n Roll/Pa-pa-paaaa/Pa-pa-paaaa/I’m looking for a hero's soul somewhere in Rock'n Roll».

Je me souviens que la face B se terminait trop vite, à la fois trop tôt et sur un rythme trop rapide avec cette pedal steel guillerette sur «Never as Old as You». En général, les disques démarrent plein pot et se terminent en douceur. Pas chez Elliott qui, en 75, achevait Lost Generation en boulet de canon avec «Looking Back». Ici, on prend une leçon de vocabulaire et de prononciation. Répétez après moi: «And the neighbours sure were very shocked/About your drawbridge and your moat». Vite, le dico! Phrase culte: «There's one thing that I'm sure of/I'll never be as old as you».

Je me souviens, enfin, que Night Lights a longtemps été introuvable en CD avant d’être réédité en 2003 sur un double CD, associé à Lost Generation. La dizaine de bonus proposée n’a pas suffit à me faire oublier la laideur de la pochette, candidat au musée des horreurs avec Self-Portrait (Dylan) et Indelibly Stamped (Supertramp). Quoique que Self-Portrait en pochette cartonnée et à coins coupés, ça a de la gueule!

www.elliottmurphy.com et [url=http://lost.generation.free.fr
http://lost.generation.free.fr[/quote[/url]]


Superbe J.E. et merci ! Tu me donnes envie de m'y replonger. Elliott Murphy est l'un de mes meilleurs souvenirs de concert. Et le personnage m'est très sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: elliot murphy   Dim 28 Juin - 22:10

hurricane a écrit:
Merci Jacques-Eric
j'ai écouté les extraits de l'album et j'ai bien "accroché".

il fait que tu trouves l'album 2 en 1 avec Lost Generation, pas mal non plus. Le mieux, je crois, est son site officiel où Elliott vend aussi ses propres "Archives" Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: elliot murphy   

Revenir en haut Aller en bas
 
elliot murphy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELLIOT MURPHY
» elliot murphy
» Elliot Murphy
» ELLIOT MURPHY COMING HOME AGAIN
» ELLIOT MURPHY 60th BIRTHDAY SHOW NEW MORNING 14/03/2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neilyoung Forumeast :: Music Arcade-
Sauter vers: